Faut-il acheter son champagne sur Internet ?

La question peut paraître naïve, et pourtant elle revient plus souvent. Faut-il passer par internet pour acheter son champagne ou son vin ? Un peu comme si on ne voulait pas admettre qu’internet n’est après tout qu’un circuit commercial complémentaire des autres : dans les hypermarchés on cherche le prix le plus bas, au caviste on demande un conseil judicieux, sur la toile on a surtout… l’embarras du choix, avec une offre incroyablement étendue dans toutes les catégories : de Millésima à 1855 en passant par Wineandco, Nicolas, Barpremium, 75cl.com.... Difficile de ne pas trouver exactement ce que l’on cherche.



Cette évolution correspond bien à l’époque : où que l’on se trouve dans le monde, on peut désormais très facilement commander une bouteille de Perrier-Jouët Belle Epoque, un magnum de Mumm Cordon Rouge ou un Krug Millésimé. A condition d’en payer le prix, certes, mais aujourd’hui, avec un simple écran d’ordinateur, on visite tous les cavistes de la planète bien plus rapidement qu’autrefois les boutiques de son quartier. Si on ne trouve pas son bonheur, on pourra toujours examiner les programmes des futures ventes aux enchères afin de dénicher la perle recherchée.

Evidemment, cette stratégie a son revers : les différents réseaux de distribution ne peuvent se livrer à aucune guéguerre de prix, pas plus sur Internet que dans les circuits plus traditionnels. Bien sûr, on pourra toujours trouver des différences de quelques euros d’un site à l’autre. Du moins en apparence, parce qu’une comparaison un peu approfondie est souvent riche d’enseignements. En revanche, un interlocuteur auquel on sait pouvoir faire confiance, cela n’a pas de prix.

Reste la grande question : comment acheter à distance sans risquer une mauvaise surprise ? D’abord s’adresser à une enseigne assez connue sur la place, par exemple Barpremium, le site internet de vente en ligne de Pernod, co-leader mondial de la distribution de vins, champagne et spiritueux, ou bien, Nicolas.com, le célèbre caviste français : elle ne risquera pas sa réputation sur une simple transaction.


Ensuite, étudier soigneusement les conditions de vente sans s’arrêter seulement au prix affiché. Le coût du transport, les modalités de remboursement en cas de vol, de perte ou de casse, la fixation et la garantie des délais de livraison, et même la juridiction compétente en cas de litige, tout cela peut varier considérablement d’une maison à une autre. Et entraîner des désagréments ou des dépenses imprévues tout à fait capables de gâcher la fête.

 
XHTML Validation
CSS Validation